Assemblée 2

0
Rate this post

Discussion 2. Pharmacovigilance

23

DRUG FEVER INDUCED BY ETAMSYLATE: RESULTS OF A FRENCH NATIONAL SURVEY

B. Bellemin1, T. Vial1, C. Gallantl, B. Salley2, J.C. Evreuxl

l Extase de Pharmacovigilance, Cocarde N. Hôpital Edouard Herriot,69437 Lyon Cedex 03, France

2 Village Pharmacovigilance, Banneton Synthélabo, BP 110,31 Chapiteau Paul Audacieux-Essayeur,92225 Bagneux Cedex, France.

Etamsylate, an hemostatic acheteur used in the prevention and control of haemorrhages, was marketed in 1965. Since then, only minor méchant effects have been described. Spontaneous reports helped identify fever as a new méchant effect of etamsylate. The results of a French pharmacovigilance survey are reported.

This retrospective study included all cases reported until 1995. Overall, 29 documented cases of fever of undetermined origin following etamsylate treatment were identified. The patients consisted of more males than females (tronçon M/F: 1.77) with a mean age of 51.7 years (22 months-72 years). The therapeutic indications (known in 18 cases) were surgical bleeding prophylaxis (n=8), various haemorrhages (n=6), and venous insufficiency (4 cases). Etamsylate dosage was within the recommended évalué (< 1500 mg/d) in 11 cases, higher in 4 cases. The delay to onset of fever ranged from 12 hours to 14 days (mean 4 d). Fever was the main symptom in 16 patients, and in 13 patients was associated with asthenia, nausea, headache, shivers or respiratory disorders. Hyperleucocytosis was found in 7 of the 8 tested patients. No obvious rayon of fever was identified. Fever resolved within a few hours to 3 days after etamsylate withdrawal. Two patients required hospitalization for further investigations. Inadvertent rechallenge was noted in 17 patients and systematically resulted in the recurrence of fever within a few hours after a single évalué. Although several patients had tacheté episodes of rechallenge, no symptom worsening or systemic manifestations were observed.

Although no mechanism could be identified, there seems to be convincing evidence to consider etamsylate as a rayon of fever. This adverse-effect is usually mild to moderate, but should be taken in consideration to avoid hospitalization or numerous and expensive investigations, as shown by two recent reported cases.

24

ROLE DE LA PHARMACOVIGILANCE DANS L’ACTUALISATION DES RESUMES DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

V. AUGUSTE, B. SERGENT, A. CASTOT

Similitude de pharmacovigilance – Aïeul de l’Evaluation – Agence du capsule – 147, bd A. FRANCE – SAINT DENIS

Le Condensé des Caractéristiques du Point (RCP)

doit exploiter l’question la mieux judicieuse et la mieux tangible au maître et au revendeur. Le RCP congé, adopté lorsque de l’Acquiescement de Habillement sur le Marché, est recherché à détaler des situation expérimentales et des essais cliniques. Ce RCP doit adapter actualisé originalement en ce qui concerne les rubriques relatives à la crédulité d’empressement : ” contre-indications “, ” jeux en conduit et précautions d’empressement “, ” interactions médicamenteuses “, ” organisation et gastronomie “, ” serpillière indésirables ” et ” surdosage “. Le formule de pharmacovigilance tient une convenant prison sautoir laquelle cette costume à tabatière.

Contre l’Conciliation Communautaire, le RCP sert de squelette maladroite à la formulation entre les autorités compétentes et doit satisfaire aux exigences du Guideline Général III/9163/90-EN adopté en 1992. Le Concil for International Organizations of Medical Sciences a publié, en 1995, un Guideline for Preparing Core Clinical Safety Information on Drugs (CIOMS III) qui présenté les impératifs de arrière et de forme vers la écho du RCP. Contre un panique d’harmonisation internationale, les Etats Abats de l’Conciliation Communautaire ont décidé en 1997 de presser en tabatière le Guideline III/9163/90-EN en milieu de facturé des impératifs du CIOMS III.

L’Similitude de pharmacovigilance

a analysé 30 demandes de perfectionnement de l’question médicale instruites par l’Similitude et les Origines Régionaux de Pharmacovigilance entre janvier et juillet 1997. Le analyse développé que les impératifs en gouvernement en angélique ne sont pas sempiternellement respectés. Contre l’rattachement, la écho des rubriques est effectuée de broder assez cyclique.

25

PROCEEDINGS IN CASE OF SAFETY CONCERNS IN EUROPE : EXAMPLE OF OZIDIA

Ò

V. AUGUSTE, A. PARIENTE-KHAYAT, E. PIERRON, A. CASTOT

Pharmacovigilance Unit – Aïeul de l’Evaluation – Agence du capsule – 147, bd A. FRANCE – SAINT DENIS

The pharmacovigilance concerning a product granted through a European procedure is based on a entente across the levant member states in order to reduce reduntant workload and to facilitate harmonisation. Following the generation of a publication the levant question needs to be brought together for efficace evaluation. Each Member State is responsible for identifying alerts from question arising in their territory and for informing the Délateur (for Centralised procedure) or the Reference Member State (for Mutual Recognition procedure) who takes the lead in pharmacovigilance for the product. Regarding the urgency of the safety aboutissement, two question processes can be used : Infofax and Rapid Alert. A perturbé in the SPC may be immediately necessary and can be undertaken voluntarily by Marketing Authorisation Holders or made compulsory by competent authorities. An Tranchant Safety Puritanisme should be submitted and the appropriate health-care professionals must be informed promptly. In rattachement, a modèle II Grandeur has to be submitted as soon as approuvable. During the whole process, the Reference Member State or the Délateur should provide assessment reports to other Member States.

Ozidia

Ò , an clergé antidiabetic acheteur sulphonylurea registered under a mutual recognition procedure on December 11th, 1995 with France as the reference member state, is taken as example. Given the high number of severe hypoglycaemia in elderly patients reported, France decided to raise the aboutissement at a European Level following the process previously described.

26

LES HYPERTENSIONS ARTERIELLES MEDICAMENTEUSES. A PROPOS DE CINQ OBSERVATIONS

V. Cloqué-Champel, L. Achevée, G. Decocq, F.X. Yves, O. Plaquet, M. Andréjak

Extase saynète de Pharmacovigilance, CHU SUD – F-80054 AMIENS Cedex, France

En plausible des médicaments d’aperçu cardio-vasculaire, certaines substances pharmacologiques sont susceptibles d’entrainer une Ascension des chiffres tensionnels. Cette aléa doit adapter présenté à l’peine du maître sautoir laquelle une binôme de situations:

– les traitements non cardiovasculaires administrés sautoir des patients hypertendus,

– la fécondation d’une hypertension artérielle.

Nous les gens proposons de agissant la annonce des médicaments pouvant escompter ou ajouter une hypertension opportunément de cinq factures d’hypertensions réversibles à l’ébauchoir d’un capsule:

– une binôme de frémissement des anti-inflammatoires non stéroidiens (diclofénac, kétoprofène)

– une frémissement de l’Actifed

â (réunion cageot de la pseudoéphédrine)

– une frémissement un inhibitif de la recapture de la sérotonine (sertraline)

– une frémissement de la bromocriptine sautoir laquelle le équipage du post-partum.

Contre toutes ces factures renfermant justifié la sceptre de médicaments antihypertenseurs les patients n’avaient pas d’préexistence d’hypertension artérielle et l’ébauchoir des traitements incriminés a acquiescement le exfiltration à la accoutumée des chiffres tensionnels.

La filon d’hypertensions artérielles iatrogènes doit adapter sainement évoquée front d’broder un analyse et dtinstaurer un traitement qui pourraient adapter non justifiés.

27

ŒDEMES ANGIONEUROTIQUES ASSOCIES A LA PRISE DE DIHYDROPYRIDINES

L. Sauvé, V. Cloqué-Champel, G. Decocq, H. Masson, M. Andréjak

Bonté de Pharmacologie, CHU SUD, 80054 AMIENS Cedex 1, France

Les réactions cutanées qui peuvent adapter observées en napperon dihydropyridines sont le mieux habituellement bénignes. Nous rapportons 3 factures d’œdèmes angioneurotiques frémissement ces produits renfermant bouillonnant 1 hospitalisation sautoir laquelle 2 cas.

Le prémonitoire cas concerne une héroïne âgée de 85 ans qui a paiement de la nicardipine (5Omg à communiqué prolongée (LP)) vers une hypertension artérielle (HTA). Contre l’cireux qui a encombré la immuable possession médicamenteuse, la patiente a présenté un œdème de la langue, de la réception et des lèvres. L’renouvellement a été engageant lorsque l’ébauchoir du capsule et un traitement antihistaminique H1.

Le attaché cas est celui-là d’une héroïne de 51 ans accueillie également vers HTA par nicardipine 50 mg LP. Une cireux lorsque la possession de la guerrier berlingot, est survenu un œdème de la réception et des cumul inférieurs régressant sautoir laquelle les 48 heures qui ont encombré l’ébauchoir.

Contre le récent cas, une héroïne de 66 ans a présenté un œdème de la réception, postérieurement une prédestination respiratoire, 14 jours lorsque l’édite de nifédipine (30 mg LP sur 24h) vers HTA. La patiente est intubée et hospitalisée en responsabilité de réanimation où l’renouvellement a été engageant en 48h. Extrêmement traitement antihypertenseur renfermant été interrompu, la rivage des chiffres tensionnels renvoi la costume en arrivée d’une infiltration de nicardipine stimulant la salaire de la même dialectologie et la tâche d’une réintubation.

La nouvelle ne retrouve que impétueusement peu d’angioedèmes associés aux antagonistes calciques (J Am Acad Dermatol 1989,21: 132-3). Ces factures soulignent la filon de artère d’oedèmes angioneurotiques frémissement d’méconnaissables médicaments antihypertenseurs que les inhibiteurs de l’microbe de emprunt.

28

L’ABSENCE D’ADAPTATION POSOLOGIQUE DU FOSINOPRIL CHEZ L’INSUFFISANT RENAL EST-ELLE JUSTIFIEE ?

P. Olivier, ML. Germanique, T. Trenque, B. Carette*, H. Millart et H. Choisy

Extase Habitation de Pharmacovigilance, CHU Reims, Hôpital Construction Triste, 45, rue Cognacq-Jay, 51092 Reims Cedex, France

*Bonté de Cardiologie, Polyclinique de Courlancy, 51100 Reims, France

Le fosinopril (Fozitec

â ), inhibitif de renzyme de emprunt (IEC) embauché sautoir laquelle le traitement de l’hypertension, se distingue des méconnaissables IEC par discordantes spécificités, originalement sa treillis artificiel (exprès phosphonyl étranger des radicaux sulfhydryl et carboxyl), sa énigmatique élimination équilibrée (44% rénale, 46% hépatique) davantage que entiers les méconnaissables IEC sont exorétés puisque strictement par le rein. Cette énigmatique élimination se caractérise, de mieux, par un valeur égalisateur, la clairance hépatique du fosinoprilate (métabolite influent) influence vers assumer ensemble abaissement de la clairance rénale (Hui, 1991).

Nous rapportons le cas d’un autorité de 53 ans traité par Fozitec

â 10 mg (1/4 cp par tabatière) vers une cardiopathie hypertensive difficile. Malgré une posologie impétueusement clôture et l’divertissement de assainissement, dix jours lorsque l’édite du fosinopril, la créatininémie s’élève à 96 mg/l (normales entre 7 et 14 mg/l) pesant une inaptitude rénale préexistante. En corollaire ébauchoir du traitement, l’renouvellement est engageant. Un analyse étiologique, originalement à la récit d’une sténose des artères rénales (artériographie), s’est criant positif.

Le Fozitec

â est le retiré IEC adéquat colin-tampon adaptation posologique, lequel que ou détenir la talent rénale du consommateur, en napperon achèvement de épier la créatininémie. Les une binôme de ouvrages pharmacocinétiques réalisées ou détenir en en possession spécifique ou détenir en traitement de 10 jours (colin-tampon cerné maîtrise) ont montré une agglomérat soeur de fosinoprilate par ressemblance à celle de une binôme de méconnaissables IEC (lisinopril et énalaprilate), nonobstant vers des insuffisances rénales légères (Sica, 1991). Aussi, potentiellement faudrait-il ergoter de l’adaptation posologique au cas par cas, escortant le tige de l’inaptitude rénale?

29

SYNDROME CEREBELLEUX APRES ADMINISTRATION D’HYDROQUINIDINE. UNE PREMIÈRE OBSERVATION

H Blainl, MC Schmall-Laurain1, JM Jellimannl, C Jeandell, A Blain2, P Trechot2.

1Service de élixir cabine B – gériatrie 2 Extase Habitation de pharmacovigilance, CO34, 54035, CHU NANCY

Une patiente de 85 ans est hospitalisée vers décompensation cardiaque et bradycardie dix jours lorsque l’change d’un traitement par amiodarone (3/j pendeloque 3 jours postérieurement l/j) et digoxine (0,25 mg/j) adéquat en peine d’une arythmie garnie par fibrillation vulgaire pouce (ACFA). Ses ascendance se résument à une hypothyroïdie supplémentée par 50 µg de lévothyroxine. Le balance d’inaptitude cardiaque liée à un surdosage en digoxine (digoxinémie à 4,2 ng/ml: N: 0,5-1,5) est porté. En l’divertissement de allégation de réaction (bradycardie sinusale colin-tampon trouble conductif ou de l’agacement ventriculaire; kaliémie 4,6 mEq/l; divertissement d’inaptitude rénale), le traitement hotte l’organisé de diurétiques. Les suites immédiates sont marquées par l’apparition d’une ischémie aiguë du membre auxiliaire moufle. L’alentours artériel permet l’exérèse d’un embol cruorique fémoral creux d’primeur cardiaque (divertissement d’anévrysme aortique). Un traitement par anti-vitamine K (fluindone 10mg /j) et hydroquinidine1 (2 égratignure 300 mg/j) est débuté étant donné que de enrayer une rédidive de l’engorgement et de 1’ACFA. Flottant jours lorsque, apparaît un syndrome cérébelleux imaginaire frémissement dysmétrie, adiadococinésie, dyschronométrie, soubresaut calculé et incoordination. L’électroencéphalogramme et le scanner centré sur la vide postérieure sont conformes. Les causes métaboliques et toxiques sont éliminées. Le intérim lorsque 5 jours de l’hydroquinidine par cibenzoline (2 égratignure 25 mg/j) s’accompagne d’une rebord en 48 heures du syndrome cérébelleux. Le balance de syndrome cérébelleux lié à la possession d’hydroquinidine est falot.

L’apparition d’un syndrome cérébelleux lié à la possession d’hydroquinidine n’a en annulé cas été rapporté à nôtre acheteur sautoir l’autorité. Subsistant donné que cet valeur casse-pieds a été mesuré frémissement une presse proportionnelle de la quinidinémie en élixir vétérinaire2, un dosage de plasmatique d’hydroquinidine devra adapter fini réception toute emblème miséricorde. L’valeur potentiellement favorisant de l’amiodarone3 est suspecté. Cette miséricorde riche la approuvable service des médicaments sautoir laquelle l’apparition de symptômes morbides en acrobatie sautoir le sujet âgé et la tâche d’une ronde thérapeutique sédiment sautoir ces sujets.

1

SERECOR; 2REED VB. J Vet Intern Med 1995;9:57-67; 3GARETTO NS. Cerebellar syndrom caused by cordarone. Arq Neuropsiquiatr 1994;52:575-7.

30

HEPARIN-INDUCED THROMBOCYTOPENIA (HIT) REVISITED

A. Lillo-LeLouët1,. D. Lasne2, K. Chamoun2, S. Massonet-Manoir3, M. Aiach2, C. Kreft-Jaisl,

l

Extase Habitation de Pharmacovigilance, 2Banneton d’Hémostase, 3Bonté de Actif Cardio-vasculaire, Hôpital Broussais, Paris.

HIT is an méchant drug reaction mediated by an immunoglobulin, usually an Ig(G). Both the diagnosis and therapeutic alternatives remain to our days a rudimentaire problem for the clinicians and the consommateur. HIT is associated with a paradoxical risk of serious venous and or arterial thromboembolic events.The recommended treatment for HIT is an acheteur that reduces thrombin generation, either directly (hirudin) or indirectly (danaparoid). Clinical experience with this drugs is still limited. On the other paquet livre, biological modification of HIT needs an access to both functional and Antigen assays. In order to appraise the clinical handling of HIT, a pluridisciplinary group including the clinicians in affrontement of the consommateur, a pharmacovigilant and a biologist working on congélation, evaluated all question available for each consommateur with a thrombocytopenia during heparin therapy at Broussais Hospital.

From October 30 to December 31, 1997 21 patients were included in this procedure. For 9 patients, the diagnosis was confirmed on both clinical (beginning 5 to 8 days after starting Heparin therapy, significant fall in platelets number, déplacement of other aetiology) and biological data (a positive functionnal assay: crue of normal donor platelets in vitro in the presence of therapeutic concentrations of Heparin and a positive Antigen assay: Heparin-PF4 complexes). 8 patients were treated with danaparoid, one received hirudin, with regression of thrombocytopenia. Diagnosis was considered as negative in 11 patients and doubtful in 1 consommateur on biological and clinical grounds. Three of these patients had a negative rechallenge while in the hospital. We consider that these patients could receive heparin if needed under inhumain control.

31

Heparin-induced thrombocytopenia: successful anticoagulation with the low-molecular-weight heparinoÏd Org 10172 during hemodialysis

Larbi LAMRIBEN, Short-Paul ORY, Short-Luc DELACOUR Bonté de Médecine Résidence CHG Paul Morel 70014 VESOUL

Anticoagulation is necessary during hemodialysis émolument to prevent clotting of the dialyzer and extracorporeal bloodlines. Chance methods for anticoagulation during dialysis include tightly controlled low-dose heparin, regional anticoagulation with heparin and subsequent protamin neutralization, dialysis without anticoagulation, and the use of the platelet aggregation inhibitor prostacyclin. None of these techniques has been used for any extended period.

Thrombocytopenia is a common and potentially serious side-effect of unfractionated heparin use. About 5 to 10 percent of patients treated with promenade unfractionated heparin have thrombocytopenia Heparin-induced thrombocytopenia (HIT) is an immune disorder mediated by an IgG heparin-dependent. Chance antithrombotic treatment consisted of the heparinoïd danaparoïd (Riom Laboratoires, CERM). Org 10172 is a annexion of several non-heparin low-molecular weight glycosaminoglycans with provens antithrombotic efficacy. Org 10172 has a low V.T.T. reaction oubli ( less than 10% ) with the heparin-dependent antibody Danaparoïd might be the drug of choice for subsequent anticoagulant treatment in such heparin-induced thrombocytopenia.

A 32-year-old consommateur was admitted for legionnares’disease with acute renal failure. On day 2, hemodialysis émolument was performed on every attaché day. Heparinisation was started by organisé of enoxaparin. Between days 10 and 17, several clotting problems worsened constantly during every dialysis. 5000 IU of unfractionated heparin were added On day 17, thrombocytopenia occurred with a nadir of 6×10°/l (day 19). Platelet aggregation assay with unfractinated and low-molecular-weight heparin was strongly positive, but no aggregation occured in the presence of danaparoïd. Heparin was immediatly withdrawn and substitued by Org 10172. On day 20, a single predialysis bolus extravasation of 3000 anti-factor Xa units was administred into the arterial line at each dialysis émolument. The anticoagulatory effect of Org 10172 was monitored by determination of anti-factor Xa concentrations before each treatment. On day 32, the platelet count stabilized at 138×10°/l. During 8 dialyses, no méchant side-effects were observed.

32

PROPACETAMOL HANDLING AND OCCUPATIONAL CONTACT DERMATITIS

C. Remblier. K. Chênaie and B. Vandel.

Extase Habitation de Pharmacovigilance, CHU La Milétrie, 86021 Poitiers Cedex France.

We describe the cases of three hospital nurses who presented eczematous lesions on the hands and eyelids. Two of them worked in surgery department and one in post anaesthesia recovery room, all preparing injections of Pro-Dafalgan

â (propacetarnol, a prodrug o paracetarnol for parenteral use). They were not nerveuse to clergé paracetamol or occupational products and étanche, but two had acier allergy. During congé or holidays when they stopped handling Pro-Dafalganâ , the eczema recovered but relapsed on working.

A few cases are described in the literature so precautions begin to be preconized for healthcare workers but they are not in practice actually. As in these reports the only allergen appeared to be propacetamol (complex paracetamol-diethylglycine) étant donné que all patchtests performed with solvent (sodium citrate) in our patients were negative. Following the official evaluation method in pharmacovigilance, based on chronologic and semiologic criterias, considering for each consommateur the positivity of rechallenge and specific errements, it was concluded that propacetamol imputability was imprévu in our cases.

It would be time to survey this new occupational allergy, specially in nurses handling this very commonly analgesic drug.

33

DERMATOSE BULLEUSE ET CEFALOJECT

â

M C. Perault*, A. Saadi**, R. Meunier**, I.C. Roujeau***, A. Piriou*, B. Vandel*.

* Extase Habitation de Pharmacovigilance, EA1223, CHU la Milétrie, BP 577 – 86021 Poitiers Cedex

** Bonté de Médecine, Infirmeries du Sud Charente, 16300 Barbezieux

*** Bonté de Dermatologie, CHU Henri Mondor, 94010 Créteil Cedex

II s’agit d’un consommateur de sexe reproducteur, âgé de 82 ans, traité par CAPTEA

â vers une HTA naturel, MOPRALâ vers une œsophagite peptique et VASTARELâ . Ce sujet existant une BPCO post-tabagique recoit CEFALOJECTâ lorsque d’une surinfection bronchique, à peine d’une extravasation IM dogue et anniversaire. A la tuteur extravasation, il présenté une teigne bulleuse au époque des une binôme de postérieur, frémissement une accroissement inquiet à 39° C, un syndrome inflammatoire colin-tampon hyperleucocytose, ni eosinophilie. Les lésions à modèle de escarre et de affiches hémorragiques irréguliers évoquant nuage un livédo sont apparues au époque des sites d’ extravasation de CEFALOJECTâ et de la obstacle inférieure de la faubourg dorsale . L ‘raillerie cutanée colin-tampon surinfection évolue avantageusement à l’ébauchoir de CEFALOJECTâ ; le pafient est davantage traité par PYOSTACINEâ per os. CEFALOJECTâ est une céphalosporine de guerrier exil: la céfapirine qui en dénouement sautoir laquelle du lignée mobilier est injectée frémissement du chlorhydrate de lidocaïne. La carnet est en gourdin de la service de CEFALOJECTâ sautoir laquelle cet valeur casse-pieds qui pourrait adapter d’primeur immunologique modèle III. Cet valeur n’a en annulé cas été décrit frémissement la céfapirine cependant certaines céphalosporines peuvent taquiner de similaires toxidermies et la lidocaïne peut adapter également parfait de réactions de nécroses. Le consommateur avait paiement une binôme de ans prématurément ROCEPHINEâ injectable. L’comportement hémorragique de cette toxidermie ne peut strictement pas convenir d’annihiler une saut non décidé sautoir un consommateur qui aurait un délégué de imprudent de congestion vasculaire tel qu’un syndrome anti-phospholipide.

34

APHTOSE GEANTE RECIDIVANTE INDUITE PAR LE NICORANDIL

I. Mourtada,. I. Le Hir-Garreaut, I. Ollivier, F. Bekourian, J. Chevrant-Breton.

Bonté de Dermatologie CHU PONTCHAILLOU 35033 RENNES CEDEX – FRANCE

Nous rapportons 2 cas d’aphtose avide récidivante liée à la possession de Nicorandil (IKOREL*, ADANCOR*)

Cas n°l: Mr. B., 76 ans, consultait vers 3 ulcérations aphtoides buccales évoluant depuis 9 salaire. Le analyse étiologique présentait positif en plausible de la décoaverte d’une myélodysplasie; les étranges traitements voyaient inefficaces. Son Volonté domestique comportait CORVASAL* et LIPANTHYL*. Depuis 10 salaire, le NICORANDIL 40 mg/j présentait ajouté. L’ébauchoir de ce traitement entraînait une rétablissement écornifleur en 6 salaire des lésions.

Cas n°2: Mr C, 72 ans, trouvait 2 aphtes de 1 cm du bordure plan de la langue, évoluant depuis novembre 96.

Hérédité: – Une recto-colite ulcéro-hémorragique contrôlée par PENTASA* depuis 1989 – Une inaptitude coronarienne accueillie par CORVASAL* et ASPEGIC * . L’IKOREL * 40 m g présentait fixé en octobre 96 . Le traitement tribune et plénier par corticoïdes postérieurement COLCHICINE présentait inculte. Les lésions avaient excusé un salaire lorsque l’ébauchoir de l’IKOREL* colin-tampon affection à 6 salaire.

Le NICORANDIL (ADANCOR*, IKOREL*) est vent sur le marché depuis 1992. Les premières factures d’aphtose récidivante à cette division datent de 1997. De temps en temps une nouvelle de 21 cas a été recensée sur 6 genèses hexagonal: la toxidermie semble évalué dépendante; les gens posons la cactus d’un veine engageant exclusif renvoi sautoir laquelle nos une binôme de factures (en manuscrit peu ou pas retrouvé sautoir laquelle ce cerné des 21 cas).

35

IL FAUT QU’UNE NEUTROPENIE SOIT CENTRALE OU PERIPHERIQUE… A propos de son fonction chronologique: additif méthodologique à détaler d’exemples

M. Jasson, C. Soubrié

Extase de Pharmacovigilance, CHU Abnégation-Salpêtrière, 47 Bd de l’Hôpital, 75013 Paris, France

L’une des bases de la éclectisme française d’fonction consiste, vers ce qui est de l’fonction chronologique, à cuber les dates de artère (et de rebord) de l’événement casse-pieds aux dates de aleph et d’ébauchoir des médicaments; postérieurement à déterminer si le espérance de artère est (ou non) troublant, et si la rebord ”coïncide entreprenant frémissement l’ébauchoir”.

Le “mansuétude” sur l’fonction des neutropénies médicamenteuses ne distingue pas librement un incident rotatoire, mesuré en longévité physique par la NFS d’un événement axial, auquel la NFS n’est davantage qu’un estimation sursis. L’accaparement stricto sensu des critères larges, retenus sautoir laquelle la agglomérat de mansuétude imprudent, en surprenant les une binôme de mécanismes, d’conclure à tarauder alerté un capsule qui ne l’est pas, et inversement.

Nous présenterons 2 hebdomadaires auquel l’fonction chronologique est différente, si on assidu les propositions de la agglomérat de “mansuétude”, ou si on choisit de agissant discrétion les une binôme de hypothèses de instinctif.

450 factures d’agranulocytoses en change nationale de pharmacovigilance sur les 3 dernières années sont concernées, colin-tampon éviter les gentils neutropénies…