Lettre ouverte des infirmieres en colère au president de la republique

0
Rate this post

Ils ne protesteront pas contre l’employeur, mais travailleront normalement et exprimeront leur inquiétude quant à l’éventuelle augmentation – annoncent les travailleurs de soutien, faisant référence à la manifestation des infirmières devant prévue les 22 et 23 juin. C’est alors que le Sejm examinera les amendements du Sénat à la loi sur le salaire minimum.

Manifestation des infirmières en juin

Rappelons-le : lors de la prochaine séance du Sejm, les députés traiteront des amendements du Sénat à la loi sur le salaire minimum dans les soins de santé. Des augmentations doivent s’appliquer prochainement, entre autres pour infirmiers, sages-femmes, médecins, diagnostiqueurs, kinésithérapeutes, paramédicaux, pharmaciens et soignants.

Cependant, tout le monde n’en est pas satisfait – ce groupe comprend des infirmières et des sages-femmes qui, lors de la session, manifesteront leur soutien aux amendements.

Manifestation des infirmières en juinD’autres professions médicales hésitent à soutenir les infirmières en signe de protestation. Le nouveau président de la Chambre nationale des kinésithérapeutes et en même temps le président du Syndicat national des kinésithérapeutes a répondu à cette question. Il a noté que “la protestation est un cri de désespoir quand toutes les autres possibilités de dialogue sont épuisées”, et a décrit les grèves des médecins de l’année dernière comme “un exemple de la façon de ne pas protester”.

Le nombre de tous les employés

Les diagnostiqueurs ne protesteront pas, les ambulanciers non plus. Le président de la Chambre nationale des diagnosticiens de laboratoire a des doutes sur le fait que “le fait d’entreprendre une quelconque forme de protestation en ce moment soit justifié du point de vue de notre gouvernement local”. À son tour, le président national des secouristes médicaux a admis que le syndicat s’abstient de se joindre aux protestations des infirmières pour le moment car “il se passe beaucoup d’autres choses dans la profession [des ambulanciers]” sur lesquelles ils “ont besoin se concentrer”.

Toujours en fuite, avec un excès de tâches et une pénurie de mains pour travailler – c’est ainsi que les infirmières travaillent aujourd’hui

En septembre, une “grève blanche” est prévue, c’est-à-dire des manifestations d’infirmières et de médecins. Le premier groupe professionnel s’était déjà mis en grève – en mai et juin. Leur travail, disent les infirmières, est sous-estimé, les salaires sont maigres et inégalement répartis. Par ailleurs, l’âge moyen du personnel soignant augmente et les jeunes sont réticents à exercer la profession.

Ce qui nous fait le plus mal, c’est le manque de personnel.

Avec de telles conditions de travail, où il est très difficile d’exercer ses fonctions en relation avec le patient ou de remplir beaucoup de documentation, il n’y a personne qui souhaite participer à cette profession.

Et il a ajouté: – Chaque année environ 10 mille. des infirmières prennent leur retraite et nous avons environ 5 000 diplômés en soins infirmiers et en obstétrique. Cependant, tous ne souhaitent pas révoquer leur permis d’exercice. Nous entendons dire qu’ils sont terrifiés par la profession qu’ils ont choisie. S’ils viennent travailler, ils travaillent pendant un an, puis ils se retirent dans des industries complètement différentes.

Le nombre de tous les employésLa Chambre suprême des infirmières et des sages-femmes a publié un rapport sur la situation actuelle des effectifs de la profession infirmière. Selon les informations disponibles, la tranche d’âge la plus large parmi les infirmières est celle de 51 à 60 ans. Il comprend 83 129 infirmières, soit 35,8 %. le nombre de tous les employés.

De plus, malgré les départs à la retraite, plus de 63 000 personnes exercent toujours la profession. infirmières (gamme 61-70 et gamme plus de 70 ans). Ceci, à son tour, est de 27 pour cent. Nombre total d’employés. Dans la région même, l’âge moyen des infirmières est de près de 53 ans.

Le rapport présente également une prévision pour les années à venir. Selon la Chambre suprême des infirmières et des sages-femmes, d’ici 2025, le nombre d’infirmières et de sages-femmes employées diminuera de 16 761 et d’ici 2030 de 36 293.

Cependant, comme le disent les représentants, ce sont des prévisions optimistes, car pour leur détermination, il a été supposé que le nombre de personnes obtenant le droit d’exercer une profession sera le même qu’en 2020, soit 5 693 personnes. Il a également été supposé que toutes les personnes qui obtiendraient le droit de travailler dans la profession commenceraient à travailler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici